Vins Casher

C’est aujourd’hui qu’ont lieu les premières mises en bouteilles de vins casher

 

IMG_0419Le processus de «kashérisation» d’un vin commence juste avant que le raisin n’arrive dans le conquet de pesage.

Selon les préceptes de la tradition juive,  à partir de cet instant et jusqu’à la mise en bouteille, il ne pourra être manipulé que par les mains d’un «observant» de la religion, c’est-à-dire une personne qui est «consciente et concernée» par les mitzvot, les préceptes de la tradition juive.  Plus techniquement, cela  implique l’intervention de Shalom Samama, ou l’un de ses deux assistants, dans toutes les étapes de la vinification.  En amont, ils ont lavé à la soude et à l’eau chaude tout le matériel qui rentrera en contact avec le précieux élixir : conquets, pressoirs, canalisations et tuyaux. Ensuite ils vont peser le raisin, l’envoyer se faire presser, diriger le jus dans la bonne cuve, ajouter les levures, kasher bien sûr.  Ils brancheront ensuite les tuyaux qui serviront à transvaser le tout dans d’autres cuves. Un travail classique de caviste réalise ici par un rabbin.

Vous l’aurez compris, les vins casher sont élaborés comme les autres vins, mais avec beaucoup de précautions. Les Shomrim (délégués rabbiniques) sont les seuls aptes à effectuer les diverses manipulations (suivant les instructions du producteur).
vinification-kasher-a-ribeauville

Le sceau, ou kasherout, qui certifie que le produit est véritablement casher,  sera apposé en bout de chaîne, par une haute autorité du monde religieux. Pour ce millésime, ce sera celui du Rav Ephraim Cremisi, dayan (juge spirituel) à Montréal et celui du rabbin de New York, qui orneront les bouteilles.

vins casher